logo

Catherine Cazau – Réminiscence de paysages drômois ?

« Mais on dirait des paysages de chez vous! »

Lors d’une journée de visite d’atelier, ce constat fait par un ami de l’artiste a progressivement fait l’unanimité parmi l’assemblée des visiteurs.
En effet, les œuvres des série « dans l’étendue » et « la presque nuit » donnent, pour nombre d’entre eux, l’impression d’une trame des contreforts du Vercors. L’artiste est originaire de Drôme et y habite toujours aujourd’hui. Est-il possible que ces vues, étendues minérales et organiques, ressurgissent dans l’œuvre? Les images suivantes montrent quelques uns des paysages pris de la plaine, aux pieds du Vercors. Ils sont dans le champ de vision des drômois et de l’artiste mais pas forcement dans notre ligne de mire. Un inconscient visuel.

Voici quelques œuvres des séries « Dans l’étendue » et « La presque nuit ». Réminiscences de paysages drômois?

 

Ces œuvres sont-elles la peinture figurative des montagnes drômoises? Non: ce n’est pas l’intention de l’artiste. L’intention de l’artiste est de produire les images, les formes et les matières qui surgissent et cette production est travail, contentement et libération. Pourtant, dire que l’on y voit les contreforts du Vercors n’est pas infondé. D’abord, ces montagnes sont remarquables et la force qui s’en dégage imprègne l’imaginaire et devient image-matériau pour l’artiste. Une réminiscence de des images des contreforts, sur la toile, est donc envisageable. Ensuite, l’image actuelle des contreforts résulte de l’intensité, de la puissance et de la durée des phénomènes qui les ont façonnés. L’aspect de la montagne, l’état de la matière qui la compose sont l’expression des forces et événements de la nature. L’état de la matière des contreforts est comme un mot-image qui exprime ces forces. Ce sont des mots-image ayant le même sens et du moins la même nature que nous voyons dans les œuvres de Catherine Cazau.

Essayons de mélanger œuvres et clichés des contreforts découpés au même format (les œuvres des séries « dans l’étendue » et « la presque nuit » sont de 20cm x 20 cm). Lisons nous des choses communes?

 

Retrouvez ces séries:

Dans la Galerie

Dans le catalogue / boutique en ligne

« Mais on dirait des paysages de chez vous! »

Lors d’une journée de visite d’atelier, ce constat fait par un ami de l’artiste a progressivement fait l’unanimité parmi l’assemblée des visiteurs.
En effet, les œuvres des série « dans l’étendue » et « la presque nuit » donnent, pour nombre d’entre eux, l’impression d’une trame des contreforts du Vercors. L’artiste est originaire de Drôme et y habite toujours aujourd’hui. Est-il possible que ces vues, étendues minérales et organiques, ressurgissent dans l’œuvre? Les images suivantes montrent quelques uns des paysages pris de la plaine, aux pieds du Vercors. Ils sont dans le champ de vision des drômois et de l’artiste mais pas forcement dans notre ligne de mire. Un inconscient visuel.

Voici quelques œuvres des séries « Dans l’étendue » et « La presque nuit ». Réminiscences de paysages drômois?

 

Ces œuvres sont-elles la peinture figurative des montagnes drômoises? Non: ce n’est pas l’intention de l’artiste. L’intention de l’artiste est de produire les images, les formes et les matières qui surgissent et cette production est travail, contentement et libération. Pourtant, dire que l’on y voit les contreforts du Vercors n’est pas infondé. D’abord, ces montagnes sont remarquables et la force qui s’en dégage imprègne l’imaginaire et devient image-matériau pour l’artiste. Une réminiscence de des images des contreforts, sur la toile, est donc envisageable. Ensuite, l’image actuelle des contreforts résulte de l’intensité, de la puissance et de la durée des phénomènes qui les ont façonnés. L’aspect de la montagne, l’état de la matière qui la compose sont l’expression des forces et événements de la nature. L’état de la matière des contreforts est comme un mot-image qui exprime ces forces. Ce sont des mots-image ayant le même sens et du moins la même nature que nous voyons dans les œuvres de Catherine Cazau.

Essayons de mélanger œuvres et clichés des contreforts découpés au même format (les œuvres des séries « dans l’étendue » et « la presque nuit » sont de 20cm x 20 cm). Lisons nous des choses communes?

 

Retrouvez ces séries:

Dans la Galerie

Dans le catalogue / boutique en ligne